Suite à la découverte de deux cygnes tuberculés morts aux Pays-Bas du virus H5N8 de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP), le ministre de l’agriculture et de l’alimentation a, par arrêté ministériel du  23 octobre 2020 publié au JO le 25 octobre 2020, décidé de relever le niveau de risque d’introduction du virus de l’IAHP par l’avifaune de négligeable à modéré en France métropolitaine.

L’IAHP, parfois appelée « grippe aviaire », est une maladie animale infectieuse virale, très contagieuse, qui affecte les oiseaux.

Si la France reste indemne de cette maladie, l’arrêté ministériel renforce les mesures de prévention et de surveillance, particulièrement dans certaines communes dont vous trouverez la liste en pièce jointe, et qui sont les communes situées dans des zones dites à risques particuliers, abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs.

1. Pour toutes les communes du département du Rhône et de la Métropole:

un rappel aux éleveurs de volailles qu’il convient de respecter strictement les mesures de bio-sécurité; la surveillance clinique quotidienne des oiseaux est à réaliser.
En cas de doute (augmentation de la mortalité, de la morbidité, baisse des performances en élevage ..), l’éleveur doit informer sans tarder son vétérinaire sanitaire. Un courrier de rappel est transmis par la Direction Départementale de la Protection des Populations aux éleveurs déclarés de volailles.
Les mortalités anormales d’oiseaux de la faune sauvage doivent être déclarées à la fédération départementale des chasseurs (FDC) ou à l’office français de la biodiversité (OFB)

On considère une mortalité comme anormale lorsque l’on trouve :

  • la présence d’au moins 3 cadavres d’oiseaux d’une ou plusieurs espèces dans un rayon d’environ 500 mètres et sur un laps de temps maximum d’une semaine ;
  • ou la présence d’un cadavre de cygne;
  •  ou la présence d’un cadavre d’oiseau appartenant aux familles suivantes : anatidé, laridé ou rallidé.

la vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

2. Pour les communes listées dans l’Arrêté Ministériel du 16 mars 2016, dont Simandres (niveaux du risque épizootique en raison de l’infection de l’avifaune par un virus de l’IAHP). Ce sont les communes situées dans des zones dites à risques particuliers, abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs.
Dans ces communes :
les oiseaux doivent être confinés ou à défaut, protégés par un filet avec une réduction des parcours extérieurs. Ceci concerne les élevages professionnels mais aussi les oiseaux de basse-cours. Un courrier est transmis aux élevages déclarés à la DDPP.
– les rassemblements d’oiseaux (concours, expositions) sont interdits ; les oiseaux originaires de ces communes ne peuvent plus participer à des rassemblements;
interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes et d’utilisation des appelants.

Les organisations professionnelles agricoles, les vétérinaires praticiens, la fédération départementale de la chasse et les responsables des zoos ont également été destinataires des mesures qui s’appliquent.

Categories: Actu