Pression immobilière

et projet rue Sainte Marguerite

Le projet immobilier rue Sainte Marguerite intégrant la vente de l'ancien cabinet médical suscite beaucoup d'interrogations et d'inquiétudes concernant l'avenir de notre village.

Voici quelques explications :

Quelle est l’origine de ce projet ?

La mairie a été sollicitée par un promoteur courant 2020 sur un projet déjà bien engagé avec deux propriétaires privés sur les parcelles jouxtant l’ancien cabinet médical. Ce projet prévoyait la construction d’un immeuble à usage collectif sur les 2 terrains actuellement occupés par des maisons individuelles.

L’équipe municipale ne pouvant s’opposer au projet dans la mesure où celui-ci était conforme aux termes du PLU, des discussions ont cependant été engagées afin de répondre aux exigences fixées par le schéma directeur d’urbanisme que nous avons élaboré dès notre début de mandat face à la pression des promoteurs.


Dans le cadre de ces discussions, l’option d’intégrer au projet la parcelle de l’ancien cabinet médical afin de se conformer à ces exigences a été proposée.

Ci-contre orientations du schéma directeur d'urbanisme.

Retrouvez le détail en cliquant sur l'image.

grandes orentations schéma directeur urb

Pourquoi avoir accepté ce projet ? Pourquoi y associer la vente de l’ancien cabinet médical ?

Une analyse détaillée du contexte actuel de la commune basée sur les données INSEE a mis en avant la situation suivante :

  • Si la démographie globale a été maîtrisée depuis 2012 avec une croissance de la population de l’ordre de 1,4% par an, la moyenne d’âge de la population augmente de manière significative avec une baisse de la tranche 0 à 14 ans et une augmentation de celle de 60 ans et plus.

  • Le parc de logements de Simandres est composé majoritairement de maisons individuelles spacieuses habitées par leurs propriétaires. L’offre locative est très limitée et ne comprend que peu de logements de taille adéquate pour accueillir des familles en devenir ou avec de jeunes enfants. La demande est pourtant très forte sur ce segment.

La conséquence immédiate est la fermeture d’une classe à l’école dès la rentrée prochaine et des risques de fermeture de classes supplémentaires les années suivantes…


Un des enjeux majeurs est donc le rajeunissement de notre population en mettant en place les conditions pour accueillir des familles tout en maîtrisant notre démographie par une croissance de population raisonnable et une densification contrôlée.

Rejeter tout projet de construction collective dans ce cadre n’est ni souhaitable ni possible !


Concernant l’ancien cabinet médical, sa rénovation n’a pas été retenue. Vu la proximité immédiate du futur immeuble, nous lui avons préféré l’intégration au projet. N’oublions pas que ce projet verra le jour avec ou sans l’ancien cabinet médical.

photo ste marguerite 1.png

L’intégration de cette parcelle a permis de renforcer les leviers de négociation et d’obtenir des modifications significatives du projet : diminution du nombre d’appartements par le réaménagement des catégories de logements (T2, T3, T4,) logements plus spacieux, espaces verts plus importants, places de parking supplémentaires au sein de la propriété et non sur la voie publique, abaissement d’un étage sur l’arrière du bâtiment pour protéger le voisinage, respect et intégration harmonieuse dans l’environnement. 


La démolition du garage attenant à l’ancien cabinet médical fait partie du plan de mandat. En effet, afin de sécuriser la voirie et de valoriser notre église, il est envisagé de supprimer la patte d’oie dangereuse et de créer un parvis piétonnier en prolongement de l’allée au bord de l’inverse. L’intégration de la parcelle de l’ancien cabinet médical au projet rue Sainte-Marguerite est ainsi une opportunité d’accélérer la mise en œuvre de cet aménagement global et de le financer. Elle permettra surtout de réaliser un ensemble d’urbanisme cohérent et harmonieux mettant en valeur cette zone autour de l’église.


Malgré l’accord sur le permis de construire, aujourd’hui les procédures légales sont encore en cours.

Cela augure-t-il d’autres projets immobiliers à venir dans le village ?

L’État par la loi ALLUR (accès au logement et urbanisme rénové) a marqué son désir de densification des centres villes et villages sans distinction. La suppression du COS (coefficient d’occupation des sols) régulant cette densification a amené des conditions de construction supérieures partout en France. En conséquence, la pression des promoteurs est forte sur notre commune comme sur toute celles de la 2ème couronne lyonnaise et des propositions attractives sont régulièrement faites aux propriétaires pour céder leur terrain avec maison.


Le positionnement ferme de l’équipe municipale face à des projets trop importants a déjà conduit certains promoteurs à renoncer. Malgré tout, un projet en cours rue des Gordes lancé de longue date a vu le jour. La discussion a permis notamment l’intégration de parkings visiteurs non prévus au PLU.


Dans ce contexte, trouver le juste équilibre entre le rajeunissement de notre population et une densification maitrisée des constructions est très délicat. Ne disposant pas actuellement d’autres outils de régulation que la discussion, l’instauration d’un périmètre d’étude est en cours afin de permettre à la commune d’imposer ses vues par des outils juridiques (sursis à statuer éventuellement) aux futures demandes de construction trop importantes. Dans le même temps une modification du PLU cadrée par l’Etat sera mise en œuvre.

L'équipe municipale vous tiendra informés de la suite de ce projet et vous fera un point régulier sur la situation des projets d'urbanisme dans le village.

photo ste marguerite 2.png